La paresse comme forme d'art

21h59,  lundi le 19 septembre. Je commence à écrire.

J’ai longtemps été secrètement jaloux d’Alexandre le bienheureux. Les plus vieux qui ont vu Yves Noiret jouer Alexandre dans le film d’Yves Robert auront compris.

Pour les plus jeunes, je dirais simplement que la paresse n’a pas toujours été mon plus grand talent, mais que je m’améliore. Prenez Quartiersnord.photos.  J’ai modifié la page d’accueil du site quelques fois depuis ce printemps. C’est tout ce que j’ai fait pendant longtemps. La première fois c’était pour annoncer que le projet reviendrait, comme les maringouins, avec l’été, la seconde pour le faire miroiter pour une date à géométrie variable, au mois d’août qui sait.

J’ai finalement conclu que la date du 21 septembre avait du style. Équinoxe, rentrée culturelle d’automne. Il me semble que cette date coïncide aussi avec le jour où j’ai conclu l’édition 2016 intitulée « Toi, moi et Montréal-Nord ». Ce serait commode, je pourrais faire un très modeste grand retour inaperçu après un an. En prime, le tout aurait coincidé avec le déclenchement officiel de la campagne élections municipale. Moi qui croyais qu’elle était entamée depuis 2013... 

Finalement, comme ça ne concernait que moi, à quoi bon me presser?

Quelle chose abjecte tout de même la paresse lorsqu’elle nous pousse à faire (à travers le reste) en quelques jours, voir quelques heures,  le travail qui n’a pas été fait en six mois.

22 novembre, ou très tard dans la nuit du 21, selon votre préférence, voici ce que j'ai écrit au final. Avec les photos, je crois que mes propos témoigne d'un regard attentif sur la vie et les gens dans cette parcelle de la Terre. 

Quizás mañana. Il y a de ces soirs d'été qui ne portent pas à l'effort. Parc Maurice-Richard, Ahuntsic

Les grandes ambitions

J’ai eu de grandes ambitions ce printemps pour quartiersnord.photos.

Un spécial « Les autres » par exemple. Pensez-y bien, le sujet est vaste, imaginez la galerie de portraits. L,autre, c'est n'importe qui à l'exception de votre petite personne jusqu'à ce vous concédiez que vous êtes aussi l'autre de votre voisin.

Je me suis aussi dit que je pourrais faire des portraits de militants sans les juger, même des libéraux de longue date un coup parti. Sait-on jamais, serait-il possible qu'ils puissent m'expliquer le mystère de leur admiration pour Jean Charest? Une colle tout de même, je n’aime pas les lignes de partis.

Je me suis dit que le thème pourrait être les murs – ou plutôt le décloisonnement. Je pensais à tous ces quartiers enclavés par des autoroutes, des chemins de fer, des centres d’achats… Dans cette optique, j’ai beaucoup pensé à cette phrase de la chanson “Anthem” de Leonard Cohen: “There is a crack in everything, that’s how the light gets in”.

Je pensais avoir trouvé la photo illustrant cette fissure par un après-midi très ensoleillé sous le Métropolitain. Je l’ai vu dans ma tête je crois bien. Quand j'ai téléchargé les fichiers de mon appareil photo, l'esprit n'y était pas tout à fait. Un traitement trop littéral du sujet. 

Un problème photographique qui demeure à résoudre.

“There is a crack in everything, that’s how the light gets in”. Anthem, Leonard Cohen

La Cité-du-Nord

Bien que l’Autoroute Métropolitaine soit une ligne de démarcation très réelle, je me suis créé mon propre mur lorsque j’ai pour une première fois présenté les photos de ce site comme suit en 2015. « C’est donc tourné vers la rivière des Prairies et dos au boulevard Métropolitain qui divise et balafre la ville que j’ai capté ces vues. »

J’ai décidé d’outrepasser cette frontière cette année, d’élargir mon territoire, comme les membres des Caisses Desjardins d’Ahuntsic et Cité-du-Nord de Montréal qui ont voté à forte majorité en faveur d’un projet de regroupement cet été. C’est fou parfois d’où peut venir l’inspiration.

Il y a quelque chose dans ce regroupement qui rétablit l’intégrité d’un territoire artificiellement fracturé par cette autoroute. Les quartiers de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville ainsi que Villeray, St-Michel, Montréal-Nord et St-Léonard sont tous des détachements de la paroisse du Sault-au-Récollet telle qu'elle existait jusque vers la fin du 19e siècle.

Quelques photos d’archive aperçues une première fois sur la page Flickr de M. Benoit Brouillette décrivant qui était alors simplement la rue Crémazie Est y sont aussi pour quelques chose. Si vous avez déjà passé la St-jean sur de Castelnau en face de l’église Ste-Cécile, vous imaginerez facilement que le parvis de l’église St-Alphonse aurait tout aussi bien fait un cadre approprié à une telle fête avant la construction des voies élevées de l'Autoroute Métropolitaine. Je vous invite à particulièrement à regarder celle qui montre des écolières flânant devant l'église au coin de la rue Basile-Routhier.

St-Alphonse-d'Youville.jpg

Rues et ruelles

Comme au théâtre, il y a dans le spectacle de la rue, des moments de liesse, comme sur la rue de Castelnau un soir de St-Jean et des entractes, comme un dimanche en soirée sur la rue Sauvé est.

Le 24 juin, rue de Castelnau, avant le spectacle de Dumas.

Fête de la St-Jean entre voisins dans une ruelle d'Ahuntsic

La fête est finie. Métro Sauvé.

Au crépuscule un dimanche, rue Sauvé Est

L'attente. Villeray.

Le poulet est livré. Villeray.

Voir des étoiles à la sortie du Métro Crémazie, villeray

On a déjà dit qu'on trouvait de tout, même un ami dans les PJC. Qui sait, ces gens en cherchent encore un.  Rue Fleury est.

L'eau de la rivière

Ce n'est pas coutumier de parler de Cartierville aux nouvelles. Encore bien moins de le faire plusieurs journées d'affilée.

Dire que le printemps 2017 fut celui de l’eau ne rappellera pas que de bon souvenir à tous. Nous avons eu un rappel que Montréal est une Île et que la rivière des Prairies, comme toute rivière, a un lit variable qui ignore les lignes de propriété. Comme je suis assez vieux pour avoir vu des inondations semblables dans le secteur de Pierrefonds dans les années 1970, je doute fortement que nous tirions réellement plus de leçons du printemps 2017.

La crue passée, la rivière a retrouvé sa bonté mais son débit cet été est demeuré supérieur à celui d'une année moyenne.

Le Parc Beauséjour offrait une vue exceptionnelle sur la rivière des Prairies.

Le Club de canotage de Cartierville et la rue Cousineau sous l'eau.

La terrasse du Bistrot du Moulin à l'Île-de-la-Visitation a aussi vu bien de l'eau

Les bayous de Cartierville. Les terres derrière l'Institut Albert-Prévost sont inondées à chaque printemps.

Les ponts

Le territoire d'arrondissement Ahuntsic-Cartierville a comme marqueurs géographiques et historiques la première autoroute de l’histoire du Québec, l’Autoroute des Laurentides (A15) et la seconde, la Métropolitaine (A40). Les deux constituent des balafres majeures dans le tissu urbain de l’Île de Montréal. Près de soixante années plus tard, l’A15 demeure difficilement franchissable pour les résidents locaux autrement qu’en véhicule motorisé. Plus récemment, la tranchée de l'Autoroute 19 menant au pont Papineau-Leblanc créa une brèche en plein cœur du village du Sault-au-Récollet, tout juste à l’est de l’église patrimoniale de la Visitation de la Bienheureuse-Vierge-Marie. Il s’agit de la seule église conservant des caractéristiques du style québécois traditionnel dans l’île de Montréal.

L’arrondissement est arrimé à Laval par 4 ponts routiers.  Le Pont Viau et le pont ferroviaire de l’Île Perry sont  des voies de communication passablement fréquentées par les piétons et cyclistes. J’ai d’ailleurs passé plusieurs heures cette année sur le pont Viau à y faire des photos dont quelques portraits de gens rencontrés sur son tablier. Une des photos illustrant la page d’accueil de l’édition 2015 ce site avait été prise du pont de l’Île Perry.

Le  pont Lachapelle est lui aussi franchissable sans auto mais n’est pas aussi sécuritaire et pas très accueillant non plus.

Le pont Médéric-Martin est la continuation de la plaie ouverte de l’A15 dans le tissu urbain. Il serait tentant de considérer le Pont Papineau de la même manière mais dans son cas, l'espoir est permis. Il dépend de l’engagement des citoyens.

Je supporte la proposition du groupe Ahuncycle de doter ce pont de liens cyclables vers Laval. Pour concrétiser ce support, je participe à Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC). Ce groupe  joué un rôle prépondérant dans la constitution de la Coalition pour un Boulevard Papineau viable pour tous.

Le 16 novembre dernier, le MEAC recevait pour cet engagement un prix Guy-Chartrand pour la mobilité durable de Trajectoire Québec dans la catégorie Action et mobilisation des usagers pour la mobilisation Pour un boulevard Papineau viable pour TOUS!

Le pont Lachapelle vu du parc Belmont un jour de crue printannière

La voie ferrée du pont du CP à l'Île Perry.

Une traversée tranquille vers Laval-des-Rapides sur la passerelle du pont de l'Île Perry

Le pont Viau au crépuscule un jour sans vent.

Le pont Papineau-Leblanc. Présentement,  c'est par en dessous qu'on le fréquente à  pied, en vélo. Ça peut changer!

Le pont Pie-IX, c'est l'autoroute A19 est situé à Montréal-Nord. Malgré son caractère autoroutier, il se franchit pourtant à pied et en vélo. Serait-ce parce qu'il a été construit avant la création du MTQ, cette organisation très indignement renommé Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports. 

Les parcs

Les adeptes du « slackline » dans leur secteur du Parc Jarry. Des familles dans les parcs riverains qui prennent ça « slack ». Des sportifs. Quelques laissés-pour-compte aussi. Tous les citadins ont besoin d’un parc.

Slackline dans le Parc Jarry, un des parc officiellement désignés pour cette activité.

Les Femmes à barbes revivent un instant au parc Belmont, juillet 2017

Mascarade au parc Ahuntsic

Un coin tranquile à l'est du Pont Pie-IX à Montréal-Nord

Un élément d'architecture brutaliste, Complexe sportif Claude-Robillard.

Un réfugié dans sa ville, parc Maurice-Richard, Ahuntsic

Le but et l'or, parc Champdoré, St-Michel

Quatre silhouettes, parc des Hirondelles

L'indifférence est un choix

Dans un arrondissement où ne progressent, depuis trop d’années, que des projets de condos, les ruines de l’Externat Sainte-Sophie continuent de retourner inexorablement vers la terre. Dans l’indifférence générale, un promoteur a acheté l’ancienne église Ste-Rita et mis à la rue le Centre Scalabrini pour Réfugiés et Immigrants qui a du se reloger précipitamment. Il est à prévoir que le nouveau propriétaire souhaitera la démolir et contourner les règles de zonage en vigueur pour construire encore de nouveaux condos.  L’entreprise qui a racheté sans discussion publique l’ancien terminus d’autobus de la STL rue Lajeunesse et boulevard Henri-Bourassa Est s’apprête à tirer un bon profit d'un site qui aurait du rester de propriété publique. 

Je vous incite à surveiller un autre dossier de dilapidation du bien public. Quelle suite sera donnée par la Ville et l’arrondissement à la démolition expéditive des usines de guerre de la Montreal Works, rue Louvain ouest? Ce geste précipité devait permettre le déménagement dit "pressant" des trois cours de la voirie municipale locale. À ce jour, ce lieu demeure un terrain vague. 

Lee déménagements prévus seront-ils effectués? Apprendrons-nous au cours des prochains mois que le terrain a été offert à des promoteurs?

Les ruines de l'ancien Externat Sainte-Sophie du Couvent des Dames du Sacré-Coeur, antérieurement la Maison Meilleur. Boulevard Gouin Est.

Le site des anciennes usines de guerre de la Montreal Works. Un morceaux majeur de notre patrimoine industriel démoli avec empressement, puis... rien.

Rue de Louvain Ouest, secteur Chabanel.

Les réfugiés expulsés. Qui est le nouveau propriétaire de l’ancienne église St-Rita et de son presbytère? Quelles sont ses intentions? 655, rue Sauriol est, Ahuntsic

Bâtie trop près de la route quelques années avant la construction des voies élevées de la Métropolitaine, l'église St-Bernardin-de-Sienne tombe en ruine. St-Michel.

Église St-Bernardin-de-Sienne, 7979, 8e Avenue, à l'intersection de Crémazie Est.

L'indifférence est un choix. Auteur anonyme, rue Jarry est, Villeray

Circulation

Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC) a été récompensé pour son rôle important dans la constitution de la Coalition pour un boulevard Papineau viable pour tous axé sur les transports collectifs et actifs. Ce groupe citoyen local est le lauréat du prix Guy-Chartrand 2017 pour son rôle central dans une mobilisation pour la mobilité durable!

La Coalition Coalition pour un boulevard Papineausouhaite une révision complète du projet du prolongement de l'autoroute 19 pour en atténuer les effets négatifs sur les résidents qui subissent le transit automobile et augmenter la part modale du transport en commun considérablement.

Les représentantes du MEAC présentes à la remise des prix, Mélanie Busby et Raphaëlle Dancette  souhaitent féliciter toutes les initiatives citoyennes et institutionnelles en nomination lors de cette soirée inspirante et énergisante, pour ne pas dire électrisante!

J’ajoute mes félicitations personnelles à tous les membres du MEAC, particulièrement aux personnes qui sont là depuis le tout début.

Les activités de la Coalition pour un boulevard Papineau se poursuivront. Pour en savoir plus sur le MEAC allez à https://comitemeac.com/

Le jeudi 21 septembre des militants de la Coalition boulevard Papineau accueille les automobilistes qui rentrent sur l'Île et le déclenchement des élections municipales.

Ils étaient aussi présents pour l'heure du retour.

Mobilisation pour des transports alternatifs collectifs et actifs sur l'axe Papineau-A19.

La Courtepointe de la Promenade Fleury

Je ne sais pas trop quoi penser des douze stèles du projet de design urbain Courtepointe de la promenade Fleury. De jour, la finition de ces douze structure me semble perfectible et elles se perdent dans le décor de la rue Fleury. La nuit, l'éclairage les magnifie cependant et, isolées par sa lumière, elles prennent une autre stature.

Pour le volet "historique", disons qu'il faut être averti qu'il y en a un. Y aurait-il eu une certaine timidité à ce sujet de la part des concepteurs? Il faut se pencher et regarder attentivement pour voir le contenu historique annoncé. Que pensez-vous de ces structures colorées?

Pour ma part, je dirais "time will tell''.

Il faut se mettre le nez très près des blocs pour voir Maurice Richard dans la stèle près de l'intersection de Fleury est Georges-Baril. Pour être vraiment maîtres chez nous, il faudra crier beaucoup plus fort!

Les phares d'une auto ajoutent une touche à l'éclairage de cette stèle.

Festivités musicales

En plus des habituels rassemblements festifs musicaux comme les  spectacles de la fête de quartier de la St-Jean-Baptiste sur la rue de Castelnau, une nouveauté en 2017.

Le premier septembre fut le premier soir de la première édition d’Artival, Festival de musique et d’arts émergents, sur le terrain de l’école Secondaire Sophie-Barat. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce texte à propos d’une des jeunes organisatrices d’Artival, Gloria-Sherryl François.

Le clou de la f^te de quartier de la St-Jean 2017, rue de Castelnau. Le spectacle de Dumas.

La foule réunie par une chaude journée d'été rue de Castelnau.

 

Premier contact avec l'équipe d'Artival sur la Promenade Fleury pendant la vente de trottoir du début de l'été. Premier spectacle du groupe Moodring.

2 septembre. Une bénévole profite elle aussi du spectacle lors de la première édition d'Artival.

Vitrines

Tout est calme au Café ‘in’ rue St-Denis le soir. Un gros merci au laveur de vitre qui a fait une belle job. J’ai pris cette photo depuis le trottoir, rue de Liège.

Les vitrines aux couleurs saturées, c’est chez Wawa! Sushi, rue Fleury est, et, en rouge dans un autre truc à sushi sur St-Laurent. La boutique d’ongles est sur la Promenade Fleury. La dernière photo, c'est la Galerie Espace Projet rue Villeray.

Par la fenêtre du Café 'In la nuit. Rues St-Denis et de Liège, Villeray

Par la fenêtre du Café 'In la nuit. Rues St-Denis et de Liège, Villeray

Wawa! Sushi passe au bleu. Promenade Fleury.

Rouge Red-Light pour des sushis. Boulevard St-Laurent au nord de port-Royal, Ahuntsic.

Ongles sous la pluie, Promenade Fleury.

Galerie Espace-Projet, rue Villeray

Abribus et colonne d'affichage

J’aime bien les abribus éclairés. En choisissant l’angle de prise de vue pour éviter les publicités si envahissantes dans toutes les installations de la STM, ils peuvent devenir des petits théâtres de nuit. Je me dis depuis un bon deux ans qu’il faudrait bien que j’y réalise des portraits de nuits. Je ne suis pas encore passé aux actes.  Si parfois l’idée de poser la nuit vous intrigue, envoyez-moi un petit message (en passant par la page contact de ce site).

À titre d’exemple, le portrait ci-dessous a été fait à la lueur de la colonne d’affichage du Parc Olympia le long du Boulevard Gouin est. 

A., une dame discrète, parc Olympia, boulevard Gouin est.

 

Petit théâtre au fenêtres givrées par la pluie, rue Fleury est

Autoportrait à l'abribus, rue Sauvé Est, Ahuntsic

Les courses quotidiennes, rue Sauvé Est

La nuit dans les quartiers du nord de Montréal.

Je ne vous ferai pas croire qu'on ne souhaite pas rouler les trottoirs au nord de la 40. S'ils n'étaient pas fait en béton, nous le ferions. La vie nocturne se fait discrète dans les quartiers résidentiels. Curieusement, c'est pour les couleurs que je vais vous parler de la nuit. Celles des sources d'éclairage artificielles comme celles des objets qui les reflètent. En fait, ce sont ces photos qui, je l'espère, vous parleront.

Le parc Jarry la nuit fatidique de l'élection de Donald Trump. Tout semblait pourtant paisible.

St-Hubert, rue bicolore

Enseigne lumineuse de Coppi La Boutique Du Pro Inc. Ce n'est pas une plogue, je n'y suis jamais entré. Vos commentaires sur ce commerce sont les bienvenus.

L'Express de Laval sur le Pont Viau

Premier orage printanier. Gros coup de vent et de pluie rue Fleury est, Ahuntsic. 

Nouveau trajet cyclable, avenue Georges-Baril, Sault-au-Récollet

Les vélos des autres

Vous l’aurez compris, le sujet de la pratique du vélo en ville m’intéresse. Vous trouverez ici une sélection de photos avec des vélos.

Je voudrais particulièrement souligner ici le magnifique travail fait à Montréal-Nord par les organisateurs de Mon vélo raconte une série d’événements festifs qui c’est terminée par une grande parade de vélos ornementés. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce texte à propos d’une des organisatrices de l’événement, Iwonka Balcerowska, membre des Artistes en Arts Visuels du Nord de Montréal (AAVNM)

Une participante au défilé de vélos allégoriques de "Mon vélo raconte". Boulevard Gouin, du pont Pie-IX au parc Aimé-Léonard à Montréal-Nord, le samedi 26 août.

Quelques un des magnifiques vélos de "mon vélo raconte" qui attendent les participants au défilé du 26 août sous le Pont Pie-IX.

Les vélos des locataires d'un multiplex, Henri-Bourassa Est et Papineau

Un ciclyste bien relax, parc Maurice-Richard, Ahuntsic

Le vélo d'un sportif, parc Nicolas-Viel, Ahuntsic

Mon vélo

Quelques traces d’un élément fondamental de mon matériel photographique : mon vélo. Quartiersnord.photos, c’est un peu lui.

L'ombre de mon vélo portée deux fois sur le piano de la rue Fleury Est par les phares d'une automobile.

Mon vélo comme appareil d'éclairage d'appoint. Parc-nature de l'Île-de-la-Visitation.

 

Une soirée d'automne parfaite sous le pont Viau

Concert sept stations musicales des berges et Mémoires d'Ahuntsic.

Le 25 août a eut lieu le Concert Sept stations musicales des berges, un parcours musical nocturne dans les parc Maurice-Richard et Basile-Routhier bordant le nouveau Pavillon d’accueil du Parcours Gouin. Le concert c’est terminé par « la création d’un hymne-hommage à l’arrondissement, composé spécialement pour le 375e anniversaire de Montréal par le compositeur ahuntsicois reconnu Kiya Tabassian, sur un texte du poète renommé Jacques Boulerice, d’Ahuntsic également. »

L'événement a été conçu par M. Clément Canac-Matquis, fondateur et idéateur des Concerts Ahuntsic en fugue. Il en a assumé la direction artistique avec l'assiatance de Mme Lucie Hamel.

J’ai eu l’honneur de contribuer à l’environnement visuel de la seconde station de cet événement qui aura démontré avec éclat ce que des gens créatifs peuvent accomplir dans leur milieu. 

La première station du Concert des sept stations musicales, à quelques pieds de la rivière des Prairies, dans le Parc Maurice-Richard. Une création des Concerts Ahuntsic en fugue Sous la direction artistique de Clément Canac Marquis, assisté de Lucie Hamel

Septième station du Concert des sept stations musicales des berges, parc Basile-Routhier. Création d'un l'hymne pour Ahuntsic-Cartierville. Les paroles de cette œuvre intitulée Mémoires d'Ahuntsic (la patience des mouches à feu) sont écrites par le poète Jacques Boulerice et la musique est du compositeur Kiya Tabassian.

La seconde station. J'ai eu l'honneur de produire une oeuvre sculpturale et de éléments de scénographie pour cette station.

Le futur Grand Parc de Montréal

Les événements importants ne sont pas toujours les plus remarqués. Qu’importe si personne dans 25 ans ne se souviendra que le samedi 26 août fut le jour de l’inauguration d’un premier secteur du parc Frédéric-Back? 

Situé au cœur du Complexe environnemental de Saint-Michel, il a tout pour devenir le Grand Parc du nord de Montréal. Il faudra cependant lui donner du temps et se souvenir que M. Back était l’auteur du film « L’homme qui plantaient des arbres ». Depuis une dizaine d’années on défriche bien plus qu’on plante au CESM. Ça prendra une génération complète pour que le boisé se régénère.  Est-ce que ce sera suffisant pour donner le temps aux biogaz qui s’échappent de l’ancien site d’enfouissement  de se tarir? J’aimerais connaitre la réponse.

Comme bien des gens, je serai bien heureux quand après des années d’obstruction, le sentier multifonctions qui l’entoure sera de nouveau entièrement ouvert.

Le Parc Frédéric-Back commençait déjà à prendre forme l'hiver passé.

Deux amies en conversation.

Un horizon jalonné

Un secteur du parc Frédéric-Back qui n'est pas prêt à être ouvert au public. Ce parc est un projet à long terme.

Environnement

Une belle fête de quartier dans Ahuntsic pour le jour de la Terre malgré le froid tenace d'avril.

Il y a des tonnes de matières à récupérer dans St-Michel mais le sont-elles vraiment? Vos réponses seront les bienvenues.

Une résolution, je devrais aller photographier ce commerce zéro déchet dans Villeray: Épicerie Loco, 422 rue Jarry Est. Ou d'autres qui suivront cette manière de penser et d'agi je l'espère.

Des pommes pour le Jour de la Terre. Une belle fête de quartier organisée par Ville en Vert dans le Sault-au-Récollet.

Ça déborde au 

 

Centre de tri et de récupération des matières recyclables du Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM). Quand réduirons nous nos rejets?

La neige

Il n’y a rien comme l’hiver et la neige pour nous rappeler que le club de hockey Canadien n’a pas toujours été un rassemblement de mercenaires multimillionnaires.  Certaines personnes ont parlé de "tempête du siècle le 14 mars" quand des automobilistes sont restés coincés toute une nuit sur l’autoroute 13. La tempête médiatique qui a suivi ce soir-là fut causé par une accumulation de bêtise humaine qui a créé un problème routier majeur mettant en péril des vies que par un cataclysme naturel.

Rien de tout ça n’a empêché le Rocket de triompher rue Fleury Est comme tout les soirs.

18 novembre - Hier soir le tricolore c'est fait laminer. Dégelée de 6-0 contre les Maple-Leafs, équipe dont la dernière conquête de la Coupe Stanley remonte à 1967.

19 novembre - Première petite neige de l'hiver 2017. Je ne suis plus un enfant, je prends ça dur. Faites-vous en pas, je ne partirai pas passer six mois en Floride. Not my cup of tea.

Ne manquez pas votre chance de jouer dans la neige quand elle repassera! C,est la meilleure antidote à l'hiver.

Une passante devant le rocket toujours combatif. Murale réalisée par A'Shop sur le mur de La Molisana, rue Fleury Est.

Un vent mauvais souffle à la sortie du Métro Henri-Bourassa à l'intersection de Millen

Ça m'a pris une tempête pour arriver à faire une bonne photo à la station Henri-Bourassa. 

Une ruelle blanche. C'est plus facile à trouver qu'une vrai ruelle verte.

Le Mont-Blanc du Marché Central. Je vous épargne la photo du Mont-Brun prise quelques jours plus tard.